Découvrez l’œuvre d’Epsylon Point, street artiste et pionnier de l’art urbain en France.

Expositions collectives et personnelles Epsylon Point 

De par ses œuvres précurseurs, Epsylon Point a influencé nombre de street artists en France et à l’étranger. Epsylon Point est le pionnier du pochoir en couleur, technique de reproduction des motifs et dessins permettant d’obtenir deux effets distincts. Découvrez dans cet article comment l’artiste a gagné la reconnaissance de ses pairs à travers ses œuvres et ses nombreuses expositions collectives et personnelles.

Epsylon Point et le pochoir en couleur

Lorsque le public découvre le street art, les graffitis et tags servaient à exprimer une opinion, à dénoncer un système ou encore à marquer une appartenance. L’intérêt d’artistes peintres, en herbe, pour ce mouvement lui a donné un caractère artistique et certaines figures emblématiques, comme Epsylon Point.

Epsylon Point s’est découvert une passion pour le street art à l’époque où celui-ci commençait à émerger en France, c’est-à-dire vers la fin des années 1970. L’artiste sortait alors de l’école des Beaux-arts de Dijon et se cherchait une activité lui permettant d’exprimer pleinement son art. Après avoir débuté comme photographe, il s’est rapidement tourné vers la peinture et presque par hasard, découvrit le pochoir en couleur en recouvrant de peinture noire un écran sur lequel il projetait des images.

À partir de là, Epsylon Point n’a pas cessé de développer sa technique jusqu’à l’enseigner à des artistes pochoiristes à Turin, en Italie. Après avoir gagné une certaine notoriété, l’artiste n’a eu de cesse de s’exprimer, à travers ses œuvres, sur des sujets d’actualité, la politique, la guerre.

Premier rassemblement du street art à Bondy

En 1985 avait eu lieu le premier rassemblement graffiti et d’art urbain organisé par les VLP en Seine-Saint-Denis dans la ville de Bondy. Epsylon Point était de la partie, tout comme d’autres figures emblématiques de cet « art éphémère » : Blek le rat, Jef Aérosol, Speedy Graphito, SP38, Miss Tic…

Vers la fin des années 1990, Epsylon Point s’installe dans les Hauts-de-Seine. L’avenir ne pouvait que sourire à l’artiste : les expositions se sont enchainées et ses œuvres ont fini par gagner leur lettre de noblesse dans les nombreuses expositions personnelles et collectives du peintre en France comme à l’étranger. 

Parmi ses expositions personnelles les plus marquantes : le pochoir « Totalmente a mano », Chat Noir, Paris (2011) ; « Oh my Gode », Galerie Hubert Konrad, Paris (2012) ; « Self-made » à la Galerie Moretti & Moretti, Paris (2014), « Père et fils », Paris (2015). De ses expositions collectives, on peut retenir : « Street Art ou l’Art se rue dans la rue », Centre culturel François Villon, Paris (2014) ; Exposition collective artistes du 92 (2002), Requiem for a Street, Galerie Saint-Laurent, Marseille (2013) et tant d’autres.

Pour sa part, La CHOOSE Galerie lui consacre une exposition inédite de ses pochoirs intemporels, depuis ses premières œuvres comme « Errar es humano » en 1987, à ses dernières réalisations au titre évocateur : « Je suis Charlie », « Le Charron », ou encore « La décrépitude de l’âme ».

  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2020 by La CHOOSE Galerie - GlossaireMentions Légales