Découvrez l’œuvre d’Epsylon Point, street artiste et pionnier de l’art urbain en France.

Peinture politique et érotique du street art

Politique, érotisme, conflits : le street art aborde différentes problématiques sociétales. À travers ses œuvres, l’artiste graffeur transmet son regard sur le monde et nous amène à nous interroger sur notre nature, à nous interpeller sur les questions essentielles. Focus sur les peintures politiques et érotiques qui ont marqué l’histoire de l’art urbain.

Peinture politique et street art

Comme d’autres formes d’art, le street art est souvent utilisé pour faire passer un message politique ou social. Une pratique qui n’est pas propre à une communauté de street artists, mais bien répandue à travers les différents pays. Militantes, critiques, contestataires, les peintures du street art interpellent l’opinion publique sur les menaces pesant sur la démocratie, la lutte des classes ou encore le jeu du pouvoir. 

Des street artists, pochoiristes et graffeurs sont passés maîtres dans l’art de produire des peintures à visée politique. En France, des précurseurs comme Gérard Zlotykamien et Ernest Pignon-Ernest ont surfé sur les évènements de Mai 1968 pour exprimer leurs idées, dénoncer le système de l’époque. Une autre figure emblématique de l’art urbain français, Epsylon Point, ne se donne pas de limite lorsqu’il s’agit de défendre des droits, de bousculer l’establishment. Adepte du politiquement incorrect, Epsylon Point ne s’inscrit dans aucun registre et assume volontiers le côté provocateur de ses œuvres.  L’artiste, qui est dans le milieu du street art depuis 40 ans, est encore très actif et a participé à plusieurs évènements du street art, dont le premier rassemblement du mouvement graffiti et d’art urbain en 1985 à Bondy en France.

La jeune génération est elle aussi portée sur les mouvements contestataires et militants. Ainsi, l’artiste engagé JR a, dans son projet Face2Face, promu le dialogue et la paix entre Israéliens et Palestiniens en affichant leurs portraits de part et d’autre du mur de séparation pour montrer leur ressemblance. Obey, de son vrai nom Shepard Fairey, a quant à lui réalisé un portrait devenu mondialement célèbre de Barack Obama avec son poster « Hope ».

Les peintures érotiques

Pour les artistes en général, et les artistes peintres en particulier, l’art constitue une formidable tribune pour s’affranchir des tabous et du conformisme. Parmi leurs thèmes de prédilection : l’érotisme figure en bonne place.

Epsylon Point, à nouveau, se démarque par son style unique, oscillant entre révolution et érotisme. L’artiste reproduit dans ses œuvres de façon crue les fantasmes sexuels et les scènes érotiques qui restent tabou dans la conscience collective. Il est par ailleurs le seul.

L’artiste est doté d’une insatiable curiosité et sa créativité continue d’éblouir aussi bien l’univers pur du street art que l’art institutionnalisé. Dans le 8e arrondissement de Paris, La CHOOSE Galerie lui a consacré une exposition inédite de ses œuvres à travers les années. Un voyage dans le temps où le visiteur aura l’occasion d’admirer les pochoirs intemporels de cet artiste hors du commun, certaines historiques comme « Errar es humano » 1987, « Naissance » 1999, mais aussi ses productions récentes : « La gare » 2008 ou encore « La décrépitude de l’âme » 2020.

Pour plus d'informations :

peinture politique et érotique street art
peinture urbaine francaise
pionnier et chef de fil
pionnier pochoir en couleur street art
pionnier street art et art urbain
Précurseur art urbain et street art
Quels sont les pionniers du street art et de l’art urbain en France ?
Qui est le premier à avoir utilisé le pochoir en couleur ?
slogans politiques et d’actualités dans l'art
street art engagé