Découvrez l’œuvre d’Epsylon Point, street artiste et pionnier de l’art urbain en France.

Le pochoir en couleur : qui est le street artist à l’avoir utilisé en premier ?

On les aperçoit sur certains murs et façades de l’espace public : les pochoirs en couleur sont l’œuvre de street artists, tels que Jef Aérosol, Miss Tic ou encore Epsylon Point. Mais qui parmi ces artistes de talent est le premier à avoir utilisé cette technique ?

Le pochoir en couleur dans l’univers du street art

Le graffiti est né aux États-Unis américaines au milieu des années 1960. En France où des artistes précurseurs comme Gérard Zlotykamien et Ernest Pignon-Ernest ont été les premiers à taguer les murs à la bombe de peinture respectivement à partir de 1963 pour le premier et 1966 pour le second avec ses affiches à taille humaine. Mais l’art urbain n’en était qu’à ses balbutiements et quelques années plus tard, avec la mise au point des nouvelles techniques, il allait devenir un mouvement artistique à la dimension planétaire.

Parmi les techniques picturales qui ont révolutionné le street art, le pochoir en couleur tient une place à part. Le pochoir en couleur consiste à reproduire des motifs, des images, sur une surface plane pour y ensuite créer des contrastes selon différentes tonalités de couleurs. Cette technique permet de découper la lumière et d’obtenir ainsi deux effets différents.

Epsylon Point a mis au point cette technique au début des années 1980. Aux côtés de son amie La Signe, l’artiste va alors perfectionner son art, jouant habilement avec les nuances de couleur pour réaliser des portraits, des slogans autour des causes qui l’anime.

LA CHOOSE Galerie met à l’honneur Epsylon Point

Pendant plus de 40 ans, Epsylon Point a fortement contribué à promouvoir la création urbaine artistique à travers ses pochoirs en couleur uniques et originaux. LA CHOOSE Galerie dans le 8earrondissement de Paris lui consacre depuis le début de l’année une exposition inédite de ses œuvres historiques, comme « Errar es humano » en 1987, mais aussi ses dernières réalisations : « Le Charron », « Je suis Charlie » ou encore « La décrépitude de l’âme ».